Divorce et changement de nom : je ne sais plus comment je m’appelle.

Tous les intitulés de mes comptes bancaires sont à mon nom d’épouse.
Ma banque exige, pour changer mon nom, que je fournisse mon jugement de divorce.
REFUSEZ.

Nous n’avons tous, hommes et femmes qu’un seul et unique nom : notre nom de naissance.

Pour le changer, il faut suivre des procédures particulières, qui s’appliquent aux femmes comme aux hommes.
Le changement de nom résulte alors d’un décret ou d’une décision de justice qui modifie par exemple la filiation (reconnaissance, contestation de paternité, adoption).

L’utilisation par une femme du nom de son mari est d’un autre ordre. C’est la tradition en France.

Lorsqu’une femme se marie, l’usage veut qu’elle prenne le nom de son mari.
Ce n’est pas une obligation posée par la loi.
Elle ne change pas de nom.

Par amour, elle accepte d’utiliser le nom de son époux. Par amour, le mari peut aussi accepter d’utiliser le nom de son épouse.
Ensemble, le couple, marié ou non, décide quel nom il transmet à leurs enfants : celui de la mère, ou celui du père, ou leurs deux noms dans l’ordre qu’ils ont choisi.

Pour en revenir aux exigences de la banque :
Je m’appelle Ève Cémoi. J’épouse Adam Lambda. Je reste Ève Cémoi et il reste Adam Lambda.

Je peux, et moi seule, pas la banque ni personne d’ailleurs, décider d’utiliser le nom de mon mari et accepter qu’on m’appelle Ève Lambda.

Adam peut, et personne à sa place, décider d’utiliser mon nom et de se faire appeler Adam Cémoi.

Mais moi Ève, comme lui Adam, nous restons TOUJOURS Ève Cémoi et Adam Lambda.

Alors, n’hésitez pas à l’expliquer aux réfractaires et choisissez, en toute liberté, de conserver votre nom de naissance quel que soit votre statut matrimonial ou d’utiliser, en cas de mariage, le nom de votre conjoint.

Isabelle DOMONT-JOURDAIN
Avocat Associé – droit de la Famille