A-t-on organisé l’insolvabilité de Fourniret ?

Article paru dans rtl.info.be le 10 octobre 2008

Me Isabelle de Moffarts, avocate d’une victime survivante de Michel Fourniret, et d’autres avocats de victimes ont fait « procéder à une saisie-arrêt sur le compte tiers de notre confrère » Me Bernard Castaigne, l’un des avocats du tueur en série, à la suite de la vente, en février 2006, alors que Fourniret était détenu, de sa maison de Ville-sur-Lumes pour 88.000 euros.

Or, seuls « environ 30.000 euros y deumeurent », admet Me Castaigne qui justifie la différence par le fait que Fourniret lui a demandé de verser une importante somme d’argent à son fils Sélim puis de régler certains frais, « comme nos honoraires à Me Luc Balleux et à moi, le notaire et le nettoyage de la maison en vue de la vente ».
Me Gérard Chemla, l’avocat d’autres victimes, s’interroge sur la redistribution de cet argent. « Le comportement de Me Castaigne mérite une explication », dit-il.

 

Laisser un commentaire